Conférence Mobilité

Conférence Mobilité organisée par

Jeudi 3 octobre 2019 – Espace Cormontaigne Yutz

Le président et le secrétaire général de l’IGR étaient présents à cette conférence organisée par la Fédération Re@gir.

Philippe Couturier, président de l’association entrepreneuriale Demain dès l’Aube et animateur du portefeuille Transport et Mobilité au sein de la Fédération Re@gir, a ouvert cette conférence en excusant Jean-Pierre George, président de la Fédération. 

1- Fabien-Gil Dei-Ciechi : présentation du club Air Affaires

Air Affaires est un club de mise en relation entre entreprises (essentiellement des PME et des ETI), propriétaires d’avions privés et pilotes professionnels.

Au travers d’une plateforme web et d’une application mobile, les entreprises réservent leurs avions et pilotes pour leurs déplacements à coûts accessibles et en favorisant la mutualisation des vols.

198 aéronefs (avions de petite et moyenne taille, hélicoptères) sont ainsi répartis sur le territoire (près de 200 aéroports) et permettent de rejoindre 350 destinations partout en France (et 2000 en Europe), sans procédures d’embarquement et de débarquement longues et fastidieuses.

2- Roland Balcerzak, maire d’Hettange-Grande, vice-président de la Communauté de communes de Cattenom et Environs et vice-président du Smitu (Syndicat mixte des transports urbains Thionville Fensch)

Le transport et la mobilité sont des problématiques essentielles sur le territoire transfrontalier Thionville Fensch avec un flux croissant de frontaliers, un allongement des distances parcourues et des durées de déplacement. C’est un enjeu politique fort avec la nécessité d’articuler dimension environnementale et attentes des citoyens.

Il est nécessaire de gérer ces problématiques à court, moyen et long terme, avec pragmatisme et réalisme (prise en compte des contraintes techniques et financières).

Il n’y a pas de solutions « miracles ». Plusieurs réalisations de bon sens, mises en œuvre concomitamment sont déjà mises en œuvre et sont à développer : haltes ferroviaires, parkings de covoiturage, modes doux de déplacement, télétravail, gestion du temps de travail dans les entreprises. 5 à 6 000 véhicules par jours pourraient ainsi ne pas être utilisés.

Le Grand-Duché de Luxembourg, qui bénéficie d’une main d’œuvre qualifiée et formée en Lorraine, doit participer aux financements des projets visant à faciliter la mobilité.

Le Bus à Haut Niveau de Service est une nécessité, le mode actuel de transport est périmé, il n’y a pas de cadencement. A l’unanimité, les membres du Smitu ont validé, le 25 septembre dernier, l’option de la motorisation électrique progressive pour la flotte des bus d’ici 2025.

Si le financement reste encore à boucler, il y a bon espoir d’un soutien de la Banque Européenne d’Investissement (BEI).

3- Arnaud Pinna : directeur du Syndicat mixte des transports du Bassin de Briey (ST2B)

Le syndicat mixte des transports du Bassin de Briey (ST2B) déploie depuis 2015 un ensemble de services dédiés à la mobilité au profit des habitants de ce vaste territoire périurbain et rural (600 km2, 78 000 habitants, 66 communes, 2 intercommunalités) en s’appuyant sur des données objectives relatives aux déplacements sur son territoire (enquête déplacements du SCoT Nord 54).

La mise en place de traditionnelles lignes de bus scolaires, urbaines et interurbaines est enrichie par d’autres offres de service :

  • transport à la demande (sur les zones les moins denses) ;
  • transport adapté pour les personnes à mobilité réduite ;
  • location longue durée de vélos à assistance électrique ;
  • prime à l’acquisition d’un vélo électrique ;
  • auto-partage de véhicules électriques (test à venir) ;
  • covoiturage dynamique : réseau de « court voiturage » consistant à mettre en relation conducteurs et voyageurs (en projet).

4- Philippe Couturier : Iveco Bus Est Bourgogne

La mobilité et les transports sont confrontés aux défis que nous connaissons tous : réchauffement, pollution (CO2 et particules), nuisances sonores. L’enjeu est bien de respecter les recommandations du GIEC et les normes techniques et environnementales.

Les technologies dépendent de la recherche appliquée et sont choisies en fonction des critères de ravitaillement et d’infrastructures, mais aussi de la distance parcourue quotidiennement / annuellement par les véhicules.

Il faut bien avoir en tête la notion de maturité des technologies :

  • gaz naturel véhicule GNV (en développement)
  • électromobilité hybride ou 100 % (en développement)
  • biométhane ou BioGNV (en émergence / développement)
  • bio-hydrogène (horizon 25 à 30 ans)

Le Gaz Naturel Véhicule (GNV) et le BioGNV constituent aujourd’hui des réponses concrètes aux enjeux de la loi de transition énergétique pour la croissance verte en matière de mobilité. Il est très implanté dans d’autres pays où il représente la principale alternative aux carburants traditionnels dans le monde avec 18 millions de véhicules en circulation. C’est une solution accessible, beaucoup moins polluante que les carburants traditionnels, que ce soit en termes de pollution locale ou d’émissions de CO2 et qui présente l’avantage de diminuer les nuisances sonores émises par le système de motorisation.

Pour ce qui est de l’électromobilité, c’est le système de connexion à des câbles (type trolley) qui offre aujourd’hui le rendement le plus élevé.

L’hydrogène utilisé comme carburant présente, à l’évidence, deux avantages majeurs : il peut être produit à partir de n’importe quelle source d’énergie et n’émet pas ou peu de polluants lors de son utilisation. L’idée n’est pas nouvelle, mais sa mise en œuvre dans le secteur des transports se heurte à de nombreux verrous scientifiques et technologiques, et surtout économiques, qui sont autant d’obstacles à une diffusion de masse notamment sur le marché de l’automobile. La recherche est aujourd’hui très active pour trouver des solutions efficientes et pertinentes vis-à-vis des approches batteries seules. Mais le déploiement généralisé de cette solution est envisagé à long terme.

Il est rappelé que sur le périmètre lorrain, il y plusieurs projets liés à la production d’hydrogène au service de la mobilité : le Pays Haut (deux intercommunalités), la Moselle Est.

 

 39 total views

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Conférence Mobilité:  3 octobre CCI Espace Cormontaigne Yutz. https://institut-gr.eu/2019/10/03/conference-mobilite/ […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *